Départ du Tour de France à Liège, la classe… Oui, et en même temps… 3


Le 1er juillet 2012, le très célèbre Tour de France s’élancera de Liège, la grande amie de Marianne depuis des siècles. L’épreuve commencera par un prologue dans les rues de la Cité Ardente avec un contre la montre sur 6 km. Le jour suivant ce sera la première étape entre Liège et Seraing en passant par les Ardennes, un mini Liège-Bastogne-Liège en somme. Ensuite, le Tour partira de Visé pour atteindre Tournai et quitter ainsi la Province de Liège qui aura tout de même accueilli le 3ème évènement sportif le plus médiatique au monde pendant 3 jours !

C’était jeudi dernier dans la flamboyante gare des Guillemins. Un train Thalys aux couleurs du Tour de France entre sous les voûtes de Calatrava. En sortent Eddy Mercx, Bernard Hinault, Bernard Thévenet, Gilbert Duclos-Lasalle et Laurent Jalabert, tous d’anciens grands champions et légendes du cyclisme. Ils sont accompagnés d’une forte délégation du Tour emmenée par le directeur Christian Prudhomme et sont accueillis par des hommes politiques liégeois bien connus : Willy Demeyer pour Liège, Alain Mathot pour Seraing, Marcel Neven pour Visé et André Gilles, premier député permanent, pour la Province de Liège. Tout ce petit monde sort de la gare en grande pompe pour donner le coup d’envoi du chronomètre qui décomptera les jours et les heures d’ici au 1er juillet (100 jours). Visite symbolique et prestigieuse, le Tour en Province de Liège est lancé. C’était l’évènement de la semaine passée pour les autorités liégeoises.

Les retombées d’un tel évènement ainsi que la visibilité mondiale qu’il donnera à Liège et sa province sont indéniables. Pendant 3 jours, 5000 personnes vont débarquer et s’installer dans la Cité Ardente, 600 coureurs et membres d’équipes, 600 personnes pour la seule caravane pub d’avant le passage du peloton, 2200 journalistes et tout cela sans compter les innombrables touristes du tour. Ca fait du monde, ca fait de la visibilité, ca va faire tourner l’horeca liégeois et ses sous-traitants à plein gaz, ça va aussi probablement un peu profiter aux commerces du centre ville, et cela pendant 5 jours semble-t-il. Il faut le reconnaitre, cet aspect est plutôt positif pour Liège.

Pour obtenir le départ du Tour, pour la deuxième fois en 10 ans (la première fois en 2004), la Province de Liège déboursera 4 millions d’euros. Il y a évidemment un gros travail de lobbying des autorités liégeoises derrière tout cela et les retombées économiques vont probablement dépasser la mise de départ.

Très bien ! Sauf que les autorités provinciales laissent passer là une occasion en or pour améliorer les conditions de circulation et la vie des cyclistes en Province de Liège. Le lancement du Tour pourrait justement être couplé à un investissement massif dans des infrastructures pour les cyclistes en collaboration avec les différentes communes de la Province et la Région Wallonne : pistes cyclables, parkings vélos, partenariat avec le TEC et la SNCB afin d’améliorer la possibilité de prendre son vélo dans les transports en commun, soutien à des projets du style VillO dans les centres urbains de la Province, soutien à des services de location, lutte contre le vol de vélo, etc.

Mais non ! Il semble que les autorités provinciales ne cherchent, dans le lancement du Tour, que la visibilité et la rentabilité économique à court terme. Aucune vision d’avenir, aucune volonté de profiter de l’occasion, aucune volonté de profiter d’un évènement réellement exceptionnel pour investir dans les générations futures. Quel gâchis, quel manque de lucidité, quel manque de modernité. Franchement, on budgétise 4 millions pour un évènement de 5 jours, n’aurait-on pas pu prévoir un peu d’argent pour investir dans des projets à long terme directement liés au vélo ?

En soi, cet exemple montre à quel point les responsables politiques en poste à la Province de Liège sont déconnectés de la réalité des défis énergétiques et des défis de mobilité auxquels nous serons confrontés dans les dix prochaines années. Cela montre aussi à quel point l’argent du citoyen à la Province sert souvent au prestige plutôt qu’aux investissements sur le long terme.

Décidément, la notion de transition écologique de l’économie et de la société semble bien loin des préoccupations de la Province de Liège. Mais je ne demande qu’à être contredit. Ce qui est certain, c’est que pour ma part, je suis prêt à inverser la tendance.


Répondre à Del ;-) Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *

3 commentaires sur “Départ du Tour de France à Liège, la classe… Oui, et en même temps…

  • Del ;-)

    Tiens à ce sujet, est-ce que quelqu’un a eu l’occasion de discuter avec un représentant de la province et de demander des explications? et si oui, quelles ont été les réponses et les réactions?

  • Matthieu Content Auteur du billet

    Pas encore pour l’instant, mais une interpellation aura probablement lieu au conseil provincial du 4 juillet. Je vous tiens au courant. ;-)